L'ESG en action

Face aux incendies dévastateurs et au désintérêt du gouvernement brésilien pour la gouvernance environnementale, la déforestation s'est affirmée comme un thème majeur au niveau international. De par leur forte exposition aux producteurs de bœuf brésiliens, les portefeuilles actions et obligataires d'AB offrent la possibilité de promouvoir des pratiques durables contribuant à protéger les forêts tropicales tout en atténuant les risques environnementaux et d'investissement.

La problématique

Les forêts tropicales brésiliennes sont détruites à un rythme alarmant, ce qui contribue au changement climatique. L'élevage bovin est l'une des principales causes du problème.

L'argumentaire d'investissement

En tant que producteurs à bas coût d'un produit faisant l'objet d'une demande croissante et d'une offre limitée au niveau mondial, les entreprises bovines brésiliennes offrent un potentiel de rendement attrayant.

Objectifs d'engagement

AB s'engage auprès de producteurs de bœuf et d'organisations à but non lucratif afin de promouvoir de meilleures politiques d'approvisionnement en bétail susceptibles d'aider à lutter contre la déforestation illégale.

Le taux de déforestation au Brésil a augmenté de manière spectaculaire depuis l'arrivée au pouvoir du président Jair Bolsonaro en janvier 2019. Les forêts tropicales jouent un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique, car elles stockent de grandes quantités de carbone, contribuant ainsi à réduire les émissions de gaz à effet de serre. L'élevage bovin est l'une des principales causes de la déforestation, car les éleveurs déclenchent souvent, en toute illégalité, des incendies afin de déboiser de vastes étendues de forêt pour permettre à leur bétail de paître.

Des groupes environnementaux, des entreprises et des investisseurs ont exhorté le gouvernement à reconsidérer les mesures réduisant la protection des terres à des fins commerciales. Dans le même temps, des voix s'élèvent pour demander au gouvernement d'appliquer plus activement les réglementations interdisant l'exploitation forestière – notamment pour le pâturage et la culture du soja. De leur côté, les principaux producteurs de bœuf prennent leur part de responsabilité en s'engageant à mettre en œuvre des politiques de non-déforestation à tous les niveaux des chaînes d'approvisionnement. Mais il reste beaucoup à faire, et les investisseurs peuvent promouvoir la durabilité en s'engageant auprès de ces entreprises.

Des preuves scientifiques d'une déforestation croissante

Les preuves scientifiques sont irréfutables. Un rapport de l'Institut national de recherche spatiale brésilien (INPE) révèle que plus de 9 200 kilomètres carrés de forêt amazonienne ont été détruits entre août 2019 et juillet 2020, soit une augmentation de 34 % par rapport à la période de 12 mois qui s'est achevée en juillet 2019 (graphique 1). L'INPE indique par ailleurs qu'entre janvier et août 2020, les incendies dans la plaine inondable du Pantanal, une écorégion inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO qui abrite l'une des zones humides les plus vastes et les plus riches de la planète en termes de biodiversité, ont été multipliés par plus de trois par rapport à la même période en 2019. Le Pantanal s'étend sur deux États qui, selon les estimations, regroupent 25 % des troupeaux brésiliens. Aussi les incendies menacent-ils d'aggraver la pénurie de bétail, qui est responsable de près de 80 % des coûts des transformateurs de viande.

Selon l'INPE, de 2004 à 2014, la déforestation du biome amazonien a été pour 65 % le fait de l'ouverture de nouvelles aires de pâturage. Généralement, les éleveurs incendient des zones boisées, utilisent les nouveaux pâturages ainsi créés pour élever leur bétail et cherchent ensuite à vendre les terres à des agriculteurs avec un bénéfice.

La communauté internationale se montre de plus en plus critique à l'égard de la hausse du taux de déforestation au Brésil. En mai, plus de 40 entreprises européennes ont menacé de boycotter les produits brésiliens si le gouvernement ne prenait pas des mesures pour lutter contre la déforestation. Un mois plus tard, 29 établissements financiers totalisant un encours de plus de 3 700 milliards de dollars ont prévenu le gouvernement brésilien que la situation pourrait inciter les investisseurs à se détourner du pays.

Pourquoi investir dans le bœuf brésilien ?

Compte tenu de l'ampleur de la crise de la déforestation, il peut paraître malvenu d'investir dans les transformateurs de viande brésiliens. Chez AllianceBernstein (AB), cependant, nous sommes convaincus que les investisseurs qui s'engagent de manière constructive auprès des entreprises concernées et des responsables politiques peuvent jouer un rôle important dans la promotion de politiques durables. Si le fait de délaisser ou de ne plus investir dans les producteurs de bœuf brésiliens réduirait l'exposition de nos portefeuilles au risque de déforestation, cela ne contribuerait en rien à enrayer le problème.

Certains de nos portefeuilles actions et obligataires détiennent des positions dans Minerva et Marfrig, deux des plus grandes entreprises de production et de fabrication de viande. Les producteurs de bœuf brésiliens sont parmi les plus importants au monde et bénéficient de solides moteurs de croissance. Selon nous, l'argumentaire d'investissement dans certaines entreprises est très solide. La consommation de bœuf augmente en Asie, l'offre est restreinte et les producteurs brésiliens affichent les coûts les plus bas parmi les grands pays producteurs.

Le défi pour ces entreprises est de répondre à la demande croissante de bœuf au niveau mondial tout en contrôlant les différentes étapes d'une chaîne d'approvisionnement très complexe, qui comporte de nombreuses étapes (graphique 2) – de la reproduction et de l'élevage des jeunes bovins jusqu'aux activités d' « engraissement final », à l'issue desquelles le bétail est directement vendu aux abattoirs (fournisseurs directs).

Contrôle des chaînes d'approvisionnement : Le principal défi ESG

Au cours des dernières années, d'importants progrès ont été réalisés dans le contrôle des fournisseurs directs de bétail, qui sont généralement des opérateurs de plus grande taille et plus professionnels. Les principaux producteurs de bœuf utilisent les bases de données gouvernementales et des données satellite pour identifier les activités d'élevage contribuant à la déforestation. Ils ont également adhéré à d'importantes initiatives, telles qu'un protocole « zéro déforestation » lancé par Greenpeace et des accords de conformité avec les instances judiciaires locales, dans le cadre desquelles ils réalisent des audits indépendants et s'engagent à contrôler leurs fournisseurs. En 2017 et 2018, par exemple, l'audit officiel commandité par Minerva à Grant Thornton a révélé que, sur un large échantillon, la quasi-totalité des fournisseurs directs de l'entreprise satisfaisaient aux exigences de conformité (graphique 3). L'audit réalisé par BDO pour Minerva en 2019 a fait état de résultats similaires.

Mais les systèmes de contrôle des fournisseurs directs existant au sein du secteur sont-ils totalement fiables ? Par exemple, il est possible qu'ils ne permettent pas d'identifier du bétail « blanchi » à dessein par des fournisseurs conformes. En outre, ils doivent être étendus à d'autres biomes que la forêt amazonienne, comme le Cerrado. Si d'importants progrès restent à faire, il est encourageant de constater que les principaux transformateurs de viande disposent de systèmes d'information et technologiques suffisamment performants pour s'assurer que leurs fournisseurs directs de bétail satisferont bientôt aux exigences de conformité.

Il est plus difficile de contrôler les fournisseurs indirects, et les grands producteurs de viande bovine ont encore beaucoup à faire pour s'assurer de leur conformité. Selon la National Wildlife Federation, la déforestation illégale liée à l'élevage est imputable pour près de 60 % à d'autres prestataires que les fournisseurs directs des transformateurs de viande. Le principal obstacle réside dans le fait que les systèmes d'information permettant de suivre le bétail le long de la chaîne d'approvisionnement sont limités. Dès lors, il est difficile pour les transformateurs de viande de s'assurer que le bétail qu'ils achètent n'a pas été élevé dans des exploitations concourant à un moment ou à un autre à la déforestation.

La National Wildlife Federation a consacré plusieurs années à élaborer un nouvel outil, Visipec, permettant de combler les lacunes des systèmes d'information nécessaires au contrôle des fournisseurs indirects. Minerva le teste actuellement, dans l'espoir qu'il lui permettra de contrôler plus efficacement ses fournisseurs indirects. Plusieurs autres ONG, dont ProForest, le WWF et Amigos de Terra, ont également conçu des outils et émis des recommandations pour faire face aux défis liés au contrôle des fournisseurs indirects.

La contribution d'AB : Engagement avec les parties prenantes afin de promouvoir le changement

Les participations d'AB dans les producteurs de bœuf brésiliens nous permettent de nous engager efficacement aux côtés des équipes de direction sur la question des risques de déforestation. Depuis 2012, nous étudions les pratiques des différentes entreprises et les incitons à les améliorer au travers de fréquentes réunions d'engagement (graphique 4).

Nos entretiens avec Minerva ont révélé un fort engagement de l'entreprise vis-à-vis des problématiques ESG. D'importantes mesures ont été prises pour réduire les risques de déforestation dans sa chaîne d'approvisionnement. Non seulement Minerva affiche, à l'aune des audits réalisés, le taux de non-conformité des achats directs de bétail le plus faible des principaux transformateurs de viande, mais l'entreprise offre également à un prestataire tiers, NicePlanet, une plus grande marge de manœuvre que ses concurrents pour identifier les domaines de non-conformité.

En juillet 2020, nous avons adressé à Minerva une lettre dans laquelle nous avons posé la question de savoir si des objectifs ESG étaient pris en compte dans la rémunération de ses dirigeants. Bien que l'entreprise ait répondu que son système de rémunération actuel n'intégrait pas de tels objectifs, nous sommes convaincus que ce courrier constitue l'amorce d'un dialogue de nature à encourager Minerva à adopter des objectifs ESG clairs afin d'inciter ses dirigeants à promouvoir des pratiques d'approvisionnement plus durables.

Engagement aux côtés des pouvoirs publics et des ONG

L'engagement auprès des instances gouvernementales est également important. Lors de réunions avec des représentants du ministère brésilien des Finances, nos analystes obligataires ont mis en avant nos craintes à l'égard de la déforestation. Chez AB, les enjeux ESG sont considérés comme des facteurs de risque importants et sont intégrés dans l'évaluation des fondamentaux de crédit souverain.

Nos équipes d'investissement prévoient de s'engager davantage aux côtés des entreprises ciblées, en s'attachant à identifier des indicateurs clés pour évaluer leurs progrès. Nous prévoyons également d'étendre notre engagement à des entreprises et secteurs connexes, y compris des détaillants alimentaires, un canal de vente clé au niveau national, et des producteurs d'autres protéines.

Parallèlement, nous entretenons un dialogue avec des organisations à but non lucratif, telles que l'EM Investors Alliance, et des organisations non gouvernementales (ONG) pertinentes, comme la National Wildlife Federation, afin de mieux comprendre les mécanismes de contrôle de la chaîne d'approvisionnement en bétail au Brésil. Ces organisations nous aident à identifier les entreprises qui respectent leurs engagements et celles qui ne le font pas. Elles constituent également une plateforme de dialogue permettant d'échanger des informations et de bonnes pratiques avec d'autres investisseurs sensibles au problème de la déforestation.

Intégration ESG : Préserver les forêts pour un meilleur potentiel de rendement

Ces efforts d'engagement constituent l'un des axes clés de notre recherche d'investissements. Les investisseurs comme les consommateurs sont de plus en plus soucieux de voir les entreprises aligner leurs produits et services sur les objectifs de réduction des émissions au niveau mondial. Les producteurs de bœuf qui n'apportent pas une réponse adaptée au problème de la déforestation s'exposent à de nombreux risques potentiels, y compris celui de voir leur accès au marché se restreindre par suite de la perte de clients et de contrats, d'une dégradation de leur note de crédit ou de litiges. En outre, la chaîne de valeur tout entière est sous pression, comme en témoigne l'action intentée en septembre par plusieurs ONG contre la chaîne française de supermarchés Casino, qui s'est vue accusée de vendre du bœuf provenant d'exploitations concourant à la déforestation et de ne pas prendre de mesures suffisantes pour contrôler l'origine de la viande qu'elle achète au Brésil.

Selon nous, la déforestation mobilisera de plus en plus l'attention mondiale dans les années à venir, et les transformateurs de viande devront communiquer plus activement sur les mesures qu'ils adoptent pour faire face au problème et réduire les risques liés à leurs activités.

À l'heure où le Brésil est soumis à une pression croissante de la part de la communauté internationale, nous sommes convaincus que les investisseurs ont un rôle important à jouer dans la lutte contre la déforestation. En s'engageant auprès des producteurs de bœuf brésiliens, nos équipes de gestion de portefeuille sont à même de capter un potentiel de rendement attrayant en promouvant d'importants changements susceptibles d'influer de manière positive sur les bénéfices des entreprises concernées, mais aussi de permettre à la forêt amazonienne de continuer à jouer son rôle de poumon de notre planète.

La performance passée, les analyses historiques et actuelles et les prévisions n'offrent aucune garantie quant aux rendements futurs.

Rien ne dit qu’un objectif d’investissement quel qu'il soit sera atteint. Les informations contenues dans le présent document reflètent les opinions d’AllianceBernstein L.P. ou de ses affiliés et de sources supposées fiables au moment de leur publication. AllianceBernstein L.P. ne fournit aucune garantie ou assurance concernant l’exactitude d'une quelconque donnée. Il n’y a aucune certitude qu'une projection, prévision ou opinion figurant dans le présent document se réalisera. La performance passée n’est pas une garantie de résultats futurs. Les opinions exprimées dans le présent document sont susceptibles d’évoluer à tout moment postérieurement à leur publication. Le contenu de ce document est publié exclusivement à titre d’information et ne saurait constituer un conseil d’investissement. AllianceBernstein L.P. ne fournit pas de conseils en matière fiscale, juridique ou comptable. AllianceBernstein L.P. ne tient pas compte des objectifs de placement personnels des investisseurs ni de leur situation financière ; il est recommandé à tout investisseur d'analyser sa situation individuelle avec des professionnels qualifiés avant de prendre une quelconque décision. Les informations susmentionnées ne constituent en aucune manière du matériel publicitaire ou promotionnel, ni une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d'un quelconque instrument, produit ou service financier soutenu par AB ou ses sociétés affiliées.

Les références à des titres spécifiques sont fournies dans le seul but d'illustrer comment la recherche peut être utilisée pour aider à identifier des idées d'investissement au cours du processus de gestion de portefeuille, et ne doivent pas être considérées comme une recommandation d'AllianceBernstein L.P. Rien ne permet de supposer que des placements dans des titres quelconques ont été ou seront rentables.

Les opinions ici exprimées ne sauraient être considérées comme une recommandation en vue de réaliser une quelconque transaction, un conseil en investissement ou le résultat de recherches. Elles ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’ensemble des équipes de gestion de portefeuille d’AB.

Le logo [A/B] est une marque de service de AllianceBernstein et AllianceBernstein® est une marque déposée utilisée avec la permission de son propriétaire, AllianceBernstein L.P.

Clients Only

The content you have selected is for clients only. If you are a client, please continue to log in. You will then be able to open and read this content.